Une merveille d’enduro

Pour fêter l’Armistice, on est allé rouler à la frontière Italienne sur les spéciales de l’enduro des Merveilles qui avait lieu quelques semaines auparavant à la Brigue.
On est seulement 2 à faire le long trajet et on est cueilli à froid, c’est la cas de la dire par les 5° qu’il fait au village quand on arrive.

pont en bois en haut de la spe1On ne quittera les vestes que bien plus tard après avoir grimper pas mal et retrouver le soleil. Petite anecdote, on croise un 4×4 à l’arrêt sur la piste. Le gars est à plat. Impossible de retirer la roue pour mettre la galette alors on essaie de gonfler à la pompe pour qu’il puisse au moins repartir. Tel un shadok, je pompe, je pompe, rien n’y fait. Le volume du pneu est trop grand, ça va prendre énormément de temps se dit-on. Un autre 4×4 passe par là et quelle chance, ils ont un mini compresseur (sur allume-cigare).
On gonfle, on gonfle, mais rien. Je passe ma main le long du pneu et je sens un gros filet d’air. Il y a un trou de la taille de mon petit doigt. Pas étonnant qu’on arrivait pas à gonfler 🙂
On laisse le gars là, il hésite entre descendre à plat et tenter à nouveau de démonter sa roue. Mais bon, nous on est a vélo et si on veut pas rentrer à la nuit faut qu’on s’active car on a déjà perdu 45 minutes.
Lire le reste de cet article »