Lac Fourchu

Dimanche dernier, j’ai été découvrir l’Oisans avec une petite rando en VTT. Petite mais bien suffisante pour une reprise et surtout en sortie de grosse crève.
J’ai suivi une trace toute prête pour me simplifier la vie (j’ai tout de même été acheter les cartes IGN de la zone la veille, au cas où).

Couleur de l'automne1h de route m’a suffi pour rejoindre mon point de départ au hameau de la Palud sur la commune d’Ornon. Ca commence par une montée sur route pendant 5 ou 6 km. Je me suis vite rendu compte que la forme était pas là. Apres 2 km, je n’arrivais plus à appuyer sur les pédales.
Rapidement, je me suis retrouvé dans la brume (il a plu la veille), je ne voyais pas très loin, il faisait super humide… Je commencais à me demander ce que je foutais là et à penser que j’allais re-choper la crève… Après la route, j’attaque la piste, toujours dans la brume, mais au fur et à mesure que je grimpe, la lumière diffuse devient plus présente et finalement, aux pieds du portage de la journée, le soleil apparait et laisse apercevoir de superbes paysages sublimés par les chaudes couleurs de l’automne.

Le portage bien que pas énorme, va me bouffer énormement d’énergie dans mon état de forme. Il y a tout de même 250 ou 300m de D+ (qui passe bien normalement, mais pas là 😛 ) . Je croiserais 2 grenouilles qui me distrairont un peu puis ce sera la vue sur les glaciers et la mer de nuages qui me feront oublier ma peine.

Grosse grenouilleJe débarque enfin sur le plateau des Lacs et l’ambiance tourne d’un coup à la haute montagne. Des alpages, des lacs, des barres rocheuses, un refuge… Il y a pas mal de monde un peu partout mais c’est l’heure de manger alors c’est plutot calme. Je remonte tous les lacs pour arriver enfin au lac Fourchu.

J’en profite pour faire ma pause sandwich avec vue sur les cretes du Vercors sui sortent à peine de la brume. J’ai vraiment bien fait de monter en altitude, ca n’a pas du se lever avant 15h dans les vallées, je pense.

Ensuite, je reprends mon parcours. Je contourne le lac puis je prends la direction du refuge du Taillefer. C’est en légère descente, c’est plutôt fun et je me lache un peu trop. J’arrive un peu fort dans des roches et psccchiiitt, une chambre en moins. Je change rapido, je gonfle à bloc pour pas crever à nouveau mais du coup c’est tape-cul alors je vais moins vite.

Mer de nuages sur fond de glacierSous le refuge, je me chope une sensation super bizarre. Le sentier me fais plonger vers la brume et j’ai une impression de vertige car je ne sais pas ce qu’il y a à côté du sentier. La brume masque si c’est du vide ou de la pente douce.

Il me reste plus qu’a descendre à la voiture. Le départ est super fun. C’est un enchainement de lacets avec parfois des relevés naturels. Sur la fin de cette section je me prends une gamelle dans une micro ornière bien humide. Je glisse sans dégat mais ca me mettra sur les freins jusqu’en bas quand même.

D’autant que la 2eme section sous le Puy d’Oulles est plutôt flippante par moment. Au tout début , ca va a peu près. Les épingles s’enchainent plutôt bien mais ensuite, c’est exposé par endroit. Je ferais quelques epingles à pieds par précaution mais meme un peu plus loin, le sentier est grignoté au bord du precipice et j’ai failli ne pas pouvoir m’arrêter à temps (ca passe sans se poser de question avec un peu d’assurance mais c’est pas mon cas actuellement).

Par contre, quelque part, j’ai raté une bifurcation et j’ai fini le sentier jusqu’a en bas. J’ai donc du remonter par la route jusqu’à la voiture.

Au final, ca a fait dans les 25km et 1300m de D+-. Ca m’a vraiemnt fait du bien de retrouver cette ambiance haute montagne avec un topo accessible. C’est juste bien dommage d’avoir roulé seul pour pouvoir encore plus en profiter, mais c’est comme ca.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.